L’OCDE appelle à renforcer l’enseignement professionnel

"Les pays devraient intensifier leurs efforts pour améliorer la qualité de la formation professionnelle postsecondaire et répondre ainsi à l'évolution des besoins du marché du travail d'aujourd'hui", estime l'Organisation de coopération et de développement économique dans son rapport sur les "compétences au-delà de la scolarité". 
{f90filter GUIDEE HIDE}

L'article entier n'est visible qu'après identification

{/f90filter}
{f90filter GUIDEE SHOW}

L'étude met en lumière des situations diverses entre des pays où les filières professionnelles sont "en plein essor", comme le Canada, l'Allemagne ou le Danemark, et d'autres qui "rencontrent des difficultés", comme les Pays-Bas, l'Angleterre ou l'Espagne.
 
En Angleterre et en Irlande du Nord par exemple, l'offre de formation professionnelle du supérieur est "réduite", entraînant "une potentielle pénurie de qualifications de niveau moyen", note l'étude. 
L'organisation internationale fait une quinzaine de recommandations pour renforcer ces filières, avec comme "fil conducteur" la "nécessité d'associer les partenaires sociaux pour s'assurer que l'offre de formation corresponde aux besoins du marché du travail". 
 
"Les employeurs et les syndicats sont parfois trop éloignés de l'élaboration des diplômes, lesquels finissent par n'avoir qu'une valeur limitée sur le marché du travail", déplore-t-elle. 
L'OCDE préconise aussi que les formations professionnelles du supérieur comportent "systématiquement" des périodes en entreprise, qui "conditionneraient l'octroi de financements publics". 
 
Il faut également "veiller à ce que les enseignants des établissements d'enseignement professionnel aient de solides compétences à la fois pédagogiques, pratiques et théoriques", estime l'organisation. 
Elle recommande d'inclure des modules de renforcement des compétences de base (écrit et calcul) dans les formations professionnelles du supérieur et de fabriquer des passerelles entre les filières professionnelles et l'enseignement supérieur académique. 
Enfin, en termes d'image, il faut harmoniser la nomenclature des filières professionnelles au niveau mondial, dans un souci de lisibilité. 
 
Selon l'OCDE, l'urgence à développer les filières professionnelles est d'autant plus grande que, selon une projection réalisée aux Etats-Unis, "un tiers des postes vacants d'ici à 2018 exigeront des qualifications postsecondaires, mais pas nécessairement l'obtention d'un diplôme sanctionnant quatre années d'études". 
L'OCDE compte 34 pays membres développés (Etats-Unis, Union européenne, Australie, Japon…) et émergents (Mexique, Chili, Turquie…). La Chine, le Brésil et l'Inde n'en font pas partie.
{/f90filter}
 
%d blogueurs aiment cette page :