Jusqu’ou iront-ils ? Macron Mandon Rebsamen : mise en danger des jeunes de moins de 18 ans en entreprise

L'APROTECT est souvent intervenue dans le débat sur les machines dangereuses, notamment aux travers d'interpellations et d'analyses de collègues comme Christian Aussenac, délégué académique de Toulouse. Aujourd'hui, nous publions une intervention de Gérard Filoche parue dans Médiapart le 02 février. Cette intervention est intéressante à lire à double titre, d'abord parce qu'elle apporte l'éclairage d'un membre du bureau national du PS et qu'ensuite, elle donne l'avis d'un ancien inspecteur du travail dont la réputation n'est plus à faire.

"Villepin avait permis le travail dés 14 ans aux apprentis.  Un jeune garçon de 15 ans était mort broyé dans un pétrin, à Mulhouse, le 15 novembre 2010, il avait été laissé sans surveillance pendant son stage. Déjà des mesures qui protégeaient les mineurs au travail avaient été abrogées notamment celles qui leur interdisaient de travailler de nuit et le dimanche.

Là, toujours pour plaire au Medef et au libéraux fanatiques de Bruxelles, Macron, Mandon Rebsamen proposent d’alléger les mesures de prévention qui protègent les apprentis… Il suppriment les préventions, les protections, les interdictions pour les remplacer par des « informations », des contrôles « a posteriori »,  des « déclarations ».

{f90filter GUIDEE HIDE}

L'article entier n'est visible qu'après identification

{/f90filter}
{f90filter GUIDEE SHOW}Quelque part, alors même qu’ils s’apprêtent à supprimer les CHSCT, ce qui se passe avec les « macroneries » c’est sans limite.Machines dangereuses : un projet de décret assouplit la procédure de dérogation pour que des jeunes encourent des risques mortels au travail ! C’est une réforme en profondeur de la réglementation du travail des mineurs que souhaite mettre en oeuvre le ministère du Travail, afin de relancer les embauches en apprentissage. La commission générale du Coct devrait examiner le 2 février 2015 un projet de décret sur la procédure de dérogation à l’interdiction de certains travaux jugés dangereux pour les jeunes travailleurs. Le texte, qui était très attendu, devrait ensuite être soumis au Cnefop, certainement le 10 février. (…)

 

L'article entier sur le blog de Gérard Filoche sur Médiapart{/f90filter}

 

%d blogueurs aiment cette page :