Les personnels enseignants

Les missions du professeur en formation initiale

Les missions du professeur en formation initiale, du collège au lycée, sont organisées à l’intérieur de trois cadres (circulaire n° 97-123 du 23-5-1997, BO n° 22 du 29-5-97, RLR 807-0, Décret n° 2014-940 du 20 août 2014 relatif aux obligations de service et aux missions des personnels enseignants exerçant dans un établissement public d’enseignement du second degré, Décret n° 2014-941 du 20 août 2014 concernant les PLP), dont sont indiquées ici les principales compétences :

Exercer sa responsabilité au sein du système éducatif 

  • Situer son action dans le cadre de la mission. Il contribue à l’égalité des chances pour les élèves et étudiants (article 1er de la loi d’orientation du 10 juillet 1989) dans le cadre de la mission que la loi confère au service public d’éducation
  • Contribuer au fonctionnement et à l’évolution du système éducatif. Il doit connaître les textes essentiels concernant l’organisation du service public de l’éducation, ses évolutions et son fonctionnement. Il participe aux actions conduites pour faciliter les transitions entre les différents cycles d’enseignement. Il aide les élèves à atteindre les objectifs du cycle dans lequel ils sont scolarisés, et participe à la délivrance des diplômes. Il collabore à la réalisation d’actions de partenariat engagées entre l’établissement et son environnement économique, social et culturel.

Exercer sa responsabilité dans sa classe

  • Connaître sa discipline. Il sait situer l’état actuel de sa discipline, à travers son histoire, ses enjeux épistémologiques, ses problèmes didactiques et ses débats qui la traverse. Il a le souci d’établir des collaborations avec ses collègues de la même discipline et d’autres disciplines. Il poursuit nécessairement sa propre formation tout au long de sa carrière pour compléter et développer ses connaissances, améliorer ses démarches et développer ses compétences.
  • Savoir construire des situations d’enseignement et d’apprentissage. Il sait, dans le cadre des programmes et à partir des acquis et des besoins des élèves, fixer les objectifs à atteindre et déterminer les étapes nécessaires à l’acquisition des méthodes, ainsi que des savoirs et savoir-faire prescrits. Il prévoit la succession des différents moments d’une séquence. Il conçoit et met en œuvre les modalités d’évaluation adaptées aux objectifs de la séquence.
  • Savoir conduire sa classe. Le professeur a la responsabilité de créer dans sa classe les conditions favorables à la réussite de tous. Il exerce son autorité avec équité. Il favorise les situations interactives et sait mettre en place des formes collectives de travail et d’apprentissage. Il veille à la gestion du temps en fonction des activités prévues, des interventions et difficultés des élèves, ainsi que des incidents éventuels de la classe. 

Exercer sa responsabilité dans l’établissement

Le professeur a le souci de prendre en compte les caractéristiques de son établissement et des publics d’élèves qu’il accueille, ses structures, ses ressources et ses contraintes, ses règles de fonctionnement. Il est partie prenante du projet d’établissement. Il doit pouvoir établir un dialogue avec les familles et les informer sur les objectifs de son enseignement, examiner avec elle les résultats, les aptitudes de leurs enfants, les difficultés constatées et les possibilités de remédiation, conseiller, aider l’élève et sa famille dans l’élaboration du projet d’orientation.

Formation, tuteurs, inspection, notations

Formation continue des personnels

Chaque année scolaire, en juin, paraît le Plan Académique de Formation (PAF), élaboré par l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ÉSPÉ, ex IUFM), qui propose un éventail de stages court (un à trois jours) ou plus long (avec aménagement de l’emploi du temps du professeur), à candidature individuelle (ex. : préparation aux concours) ou de groupe (ex. : stages établissement transversaux), dans différents domaines. Les inscriptions se font avant les congés d’été, puis à la rentrée scolaire, quelquefois plus tard dans l’année pour des formations spécifiques à candidatures désignées.
Le Ministère de l’Éducation nationale publie chaque année au B.O. un Plan National de Formation (PNF) qui offre d’autres stages aux personnels enseignants.

Le CERPET propose un catalogue de stages collectifs nationaux, de un à quelques jours, proposés aux enseignants dans des disciplines transversales (pédagogie, psychologie, etc.) et par des grandes entreprises, se déroulant pendant les congés d’été. Ces dernières formations ont l’intérêt particulier du contact direct avec le milieu professionnel et ses productions concrètes.

Le DDFPT a un rôle à jouer dans le cadre de la formation des professeurs technologiques :

  • Inciter les professeurs compétents dans des domaines particuliers à proposer des stages de formation dans le cadre de l’IUFM,
  • Conseiller et inciter les professeurs à suivre les formations nécessitées par les spécificités des enseignements qu’ils dispensent (électrotechnique = sécurité) ou leur évolution (technologies de pointe), pour leur promotion personnelle (préparation d’un concours).

Inspection pédagogique des enseignants, tutorat

Le DDFPT, ayant un rôle d’animateur de son équipe pédagogique, il est souhaitable qu’il assiste aux visites d’inspection des professeurs technologiques, surtout dans le cas des nouveaux enseignants et des enseignants non titulaires. Il tient informé le chef d’établissement et l’Inspecteur de la qualité du travail ou des problèmes des enseignants, sur le plan de la vie scolaire (ponctualité, comportement, etc.) et sur le plan pédagogique (autorité, concertation, etc.). Les enseignants non titulaires peuvent être vus par des professeurs conseillers pédagogiques désignés par l’inspection.

Les professeurs certifiés stagiaires sont suivis par un professeur titulaire « chevronné » désigné par l’inspection pédagogique. Ce tuteur pédagogique assiste au cours du stagiaire trois à quatre fois dans l’année, afin de le conseiller avant la visite d’inspection de titularisation qui intervient dans le courant des mois avril-mai.

L’inspecteur observe le travail du professeur avec une classe, durant une heure environ, puis il s’entretient avec lui sur la conduite de la séance, sur l’ensemble des enseignements qu’il dispense depuis le début de l’année scolaire. Les critères d’évaluation portent sur :

  • La connaissance et la compréhension des objectifs et contenus de la formation
  • La cohérence de l’enseignement par rapport à ces objectifs
  • La capacité d’opérationnalisation des objectifs : définition des données, rédaction de l’objectif, critères d’évaluation
  • La qualité des contenus de l’enseignement dispensé : supports, rigueur, densité des contenus
  • La maîtrise des techniques de la classe
  • Les relations entre professeur et élèves
  • Les traces écrites de l’enseignement dispensé : documents élèves, fiche de synthèse
  • Les exigences au niveau de la qualité des travaux des élèves

Les vacataires (service limité à 200 heures par an. Décret n° 89-497 du 12 juillet 1989) et les contractuels (Décret n ° 81-535 du 12 mai 1981 modifié par le décret 89-520 du 27 juillet 1989) Tous ces enseignants non titulaires peuvent profiter d’une aide financière pour préparer un concours dans l’année. et des conseils d’un professeur titulaire de sa spécialité, auquel ils peuvent faire appel autant que de besoin.

Lorsqu’un enseignants non titulaires ne remplit pas le rôle que l’on attend de lui, bien qu’il ait bénéficié d’une aide de l’équipe pédagogique, il convient d’alerter l’inspecteur le plus rapidement possible. Deux rapports d’inspections contradictoires (par deux inspecteurs différents) sont bien souvent nécessaires pour pouvoir donner fin à la délégation rectorale d’un enseignant non titulaire devant les commissions paritaires (administration – syndicats).

Dans son propre cas, le DDFPT, n’ayant pas d’obligation d’enseignement, est évalué par l’inspecteur sur la base d’un entretien et d’un compte-rendu de son activité.

Notation et avancement des professeurs

Pour tous les corps du second degré, la notation se compose d’une :

  • Note administrative (/40) attribuée par le chef d’Etablissement, souvent en concertation avec le DDFPT, représentative de la ponctualité, de l’autorité, de l’efficacité et du rayonnement du professeur. Cette note, en fonction du grade et de l’échelon, est comprise entre certaines limites, en dehors desquelles un rapport du Proviseur doit justifier l’écart. Une contestation auprès du Recteur est possible, si la note ne paraît pas justifiée.
  • Note pédagogique (/60) attribuée après inspection et selon des grilles fonctions du grade et de l’échelon du professeur. La grille de notation des professeurs certifiés a été récemment harmonisée au plan national (note de service du MEN n° 94-024 du 9-1-1996 ; RLR 803-0), afin d’assurer une équité entre les Académies, les disciplines, tout en respectant la répartition équilibrée des notes pédagogiques.

L’ensemble donne une note sur 100 qui est prise en compte pour l’avancement au choix des échelons. La notation administrative par le chef d’Établissement est obligatoire chaque année. Le DDFPT doit alerter les professeurs promouvables, afin qu’ils sollicitent une inspection en vue de leur notation pédagogique l’année scolaire précédente à l’année de passage éventuel d’échelon au choix. Ceci permettant la prise en compte de la note à temps par la Commission Paritaire qui ne se réunit qu’une fois par an pour examiner les promotions (grand choix = 30% ; choix = 50% ; ancienneté = 20%).

Tags:

%d blogueurs aiment cette page :